mercredi 19 décembre 2012

Ça avance, ça avance...

Benjamin et moi avons pris rendez-vous avec un conseiller de la chambre de commerce et d'industrie Franco-Argentine. Luis à déjà eu ce rendez-vous, mais deux fois n'est pas de trop. Nous n'avons pas appris beaucoup plus... Par contre, on nous à donné des contacts de français, qui ont eu plus ou moins le même cheminement que nous (visa, création de société, achat de fond de commerce...).

Le premier est un français marié avec une argentine. Le plus sûr pour avoir des papiers.
Il ont ouvert une crêperie dans le micro-centre, et nous sommes allé leur rendre visite.
Nous lui avons demandé où trouver des bons produits à Buenos Aires, mais Luis nous avait déjà indiqué cet endroit vraiment pas cher, et avec plus de choix, le mercado central ! Immense et rempli de vendeurs de biens basiques. Sinon, aller jeter un coup d'oeil à Carrefour, pour de la bonne huile d'olives...

Ce crêpier nous à quand même renseigné sur d'autres choses, plus intéressantes.
Il nous a dis (ce n'est pas le premier), de nous méfier de tout le monde : Les fournisseurs qui ne préviennent pas quand ils ne peuvent pas venir, les prix qui doublent une commande sur l'autre, sans explications, les avocats pas forcement très doués...)

Nous apprenons également qu'il nous faut un "gestor", qui est pour lui, la personne la plus importante lors de l'achat du bar.
Apparemment un gestor s'occupe de la paperasse à la place du client, différent du comptable.
Ce serait la personne la plus apte à verifier les normes du lieu que nous voulons acheter.
En Argentine, on peut vendre un restaurant qui n'est pas aux normes. Si l'acheteur ne le sait pas, tant pis pour lui. Quand il ouvrira à son tour et à son nom, dès la première inspection, il devra fermer boutique le temps des travaux.
Une personne à trouver dans les prochains mois...


Les autres contacts que nous avons eu, sont des français qui viennent d'ouvrir une boulangerie patisserie-française. Nous devons les rencontrés un peu plus tard pour discuter un peu.
Sur des questions de visas, il peuvent certainement nous conseiller.



Entre temps, nous avons visité un nouveau fond de commerce dans le quartier de Almagro.
Un bon emplacement, des gens qui passent la nuit, un college juste à coté, des hôpitaux...
L'intérieur nous a plus. Le bar est assez large, pratique, de bonnes étagères pour les bouteilles...

Par contre, l'éléctricité dans la cuisine laisse à désirer, les frigos sous le bar ne fonctionnent plus, pas mal de décoration à refaire... Bref, cela va nous couter de l'argent, et le prix est dans notre fourchette haute. Normalement on peut faire baisser le prix, mais la gérante était plutôt partie pour l'augmenter (inflation oblige, plus de 10% par an). À garder sous le coin de l'oeil.
On avance, on avance...





Demain, nous allons en visiter un autre, et acheter du matos à cocktails !! On s'entraine pour Noël, et on vous sert ça dès l'ouverture !





3 commentaires:

  1. Ouais, ça avance!
    Bravo!
    par contre, pas top le dernier bar: je préférais l'avant dernier!!
    morte de rire lorsque je suis allée voir la patisserie française!!!! Avec un nom pareil, ils vont faire fortune, sûr de chez sûr!!!
    Et cette annicréma, ça a donné quoi??? Des photos, des photos!!!
    Biozzzzzzzzzzzzzz
    Lili

    RépondreSupprimer
  2. Salut à vous 3,

    Je vois que le sérieux reprend le dessus avec toutes ces recherches.Vous avez raison, il faut se méfier de tout et surtout ne pas perdre de vue votre objectif principal. Pensez aussi à la concurrence si vous vous installez dans une rue passante avec d'autres resto-bar dans le coin.Elle est peut-être parfois tenace.Alors bonne continuation pour la suite de vos recherches et paperasse et en attendant, passez de bonnes fêtes de Noël et fin d'année.

    RépondreSupprimer
  3. Un petit mots pour vous souhaiter une très bonne année à vous tous et vous exprimer toute mon admiration pour votre enthousiasme et votre joie de vivre. Bien loin de subir et d'être résigner face aux difficultés de notre société vous avez le tempérament vainqueur qui affronte la vie avec courage tout en conservant vos rêves que vous savez sublimer en réalités.
    Encore bravo à vous et de gros bisous particuliers à ma petite Chloé, (eh oui , le privilège de la fifille à son papa).
    Bonne continuation, je suis impatient de venir déguster un bon cassoulet en regardant un match de l'OM dans votre bistrot. :)
    A très bientôt
    Bernard.

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez aucun des comptes proposés, séléctionnez "Nom/URL" et rentrez votre nom, puis tapez votre message

Skype Me™! expatriation